Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 16.1808 [Cicognara Nr. 3401-16]

Seite: 66
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1808/0100
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 66-)

charme qui communique à ces choses le don de plaire ,
ce qu’une personne faite à plaisir peut causer aux yeux
de volupté, et de ravissement à l’esprit , Cupidon en
ce moment-là le fit sentir à notre héroïne. Il dormait
à la manière d’un dieu, c’est-à-dire profondément,
penché nonchalamment sur un oreiller, un bras sur la
tête, l’autre bras sur les bords du lit, couvert à demi
d’un voile de gaze (1), ainsi que sa mère en use, et
les nymphes aussi, et quelquefois les bergères. La joie
de Psyché fut grande , si l’on doit appeler joie ce qui
est proprement extase, et n’exprime pas la moindre

partie du plaisir que reçut la belle.Ce ne fut pas à

elle peu de retenue de ne point jeter et la lampe et
le poignard pour s’abandonner à son transport. Vérita-
blement le poignard lui tomba des mains , mais la
lampe non , elle eu avait trop affaire. »

Le style de cette composition rappelle le charme et
l’élégance des peintures antiques ; le dessin en est pur
et coulant, et l’artiste a mis à soigner l’effet général
une attention toute particulière.

(i) L’artiste a pris une le'gfere licence, et n’a pas cru ne'cessaire
De se conformer strictement à l’attitude décrite par l’auleur; quant
au voile de gaze qui couvre à demi le dieu, il a pense' que les
formes du nu seraient plus gracieuses, et d’un meilleur effet eu
peinture.
loading ...