Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 16.1808 [Cicognara Nr. 3401-16]

Seite: 85
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1808/0129
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 85 )

Planche quarante-troisième. — Daphnis prenant des
oiseaux à la "lu ; Sujet tiré du roman de Daphnis et
Chloé, par M. Gérard.

.Mais Daphnis, comme celui qui avoit plus

« de loisir, et plus de sens aussi, trouva une telle
« finesse pour veoir Chloé.

« Au-devant de la maison de Dryas estoient creus
« deux grands myrtes et un lierre : les deux myrtes
« bien près l’un del’aultre, et le lierre au milieu; de
“ sorte qu’estendant ses branches sur l’un et sur l’aul-
« tre des myrtes, y faisoit comme une loge fort cou-
« verte, tant les feuilles estoient espaisses les unes sur
« les aultres, et par dedans pendoient force grapjlfts
“ de lierre, comme si c’eussent esté raisins attachés à
« des branches de vigne : à l’occasion de quoi y avoit
« tousjours, mesmement l’hiver , grande multitude
« d’oiseaux, pour ce qu’ils ne trouvoient rien à manger
« ailleurs; force merles, force grives, force ramiers ,
« force bisets, et de toute aultre sorte d’oiseaux qui
« aiment à manger des grains de lierre.

« Daphnis sortit de la maison , soubs couleur d’aller
« tendre à ses oiseaux, emplissant un petit bissac de
« petits gasteaux faicts avec du miel, et portant aussi
« de la glu et des collets à prendre des oiseaux, afin
« que l’on le creust. Or, la distance de l’une des
« maisons à l’aultre estoit environ de demi-lieue , et
« la neige , qui n’estoit point fondue , lui faisoit beau-
« coup de peine, si n’eust esté qu’amour passe par-
« tout, et marche par dessus le feu et par dessus la
« neige, fust-elle aussi espaisse et aussi haute que celle
« de la Tartarie.
loading ...