Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 16.1808 [Cicognara Nr. 3401-16]

Seite: 94
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1808/0142
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( .94 )

forte. L’auteur lui-même regardait ce morceau comme
son chef-d’œuvre. Le plus grand nombre de ses pro-
ductions est à Rome. Elles se distinguent par un bon
choix, un pinceau fin, un ton généralement vigou-
reux. Son S. Joseph, à l’église Saint-Ignace, est cité
comme un très-bel ouvrage. Francesco Trévisani
mourut en 1746.

Angelo Trévisani vivait encore en 1755. Né à
Venise, où il demeura constamment, et où il avait
appris les principes de son art, il appartient à l’école
vénitienne. Il peignit de bons tableaux de son in-
vention à la Charité et pour d’autres églises ; mais
il s’adonna particulièrement au portrait. Sa manière
n’est pas très-élevée -, mais elle est naturelle et con-
forme à celle du temps où il vivait. Angelo possédait
un pinceau facile et soigné , et sur-tout l’intelligence
du clair-obscur.
loading ...