Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 16.1808 [Cicognara Nr. 3401-16]

Seite: 101
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1808/0153
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( loi )

Planche cinquante-unième —- Statue de Jacques-Auguste
de Thou , par Anguier, au Musée des Monumens
yranqais.

On voyait autrefois à l'église de Saint-André-des-
Arcs le tombeau de Jacques-Auguste de Thou, par
François Anguier. Il a été transféré au Musée des
Monumens français, où l’on a même recueilli les dé-
bris de la chapelle où la famille de ce magistrat avait
sa sépulture.

La statue en marbre blanc de Jacques-Auguste de
Thou est accompagné de celles de Marie Barbançon
de Cani, sa première femme, par Prieur , et de Gas-
parde la Châtre, sa seconde femme, par Anguier (i).
Ce dernier est aussi l’auteur du bas-relief qui orne
le piédestal de la statue principale. Elle est vêtue
d’un grand manteau fourré d’hermine , et retroussé
sur l’épaule. Le bas-relief, en bronze, chef-d’œuvre
de l’artiste , représente l’Histoire assise, tenant un
livre sur lequel sont écrit ces mots : Jacobi Augusti
Thuani historiarum sui temporis libri CXXXVUl. Elle
est entourée de plusieurs génies qui caractérisent la
Justice, les Sciences et les Arts.

« Au sein des troubles civils et religieux, au milieu
de tant de voyages , et de tant d’emplois divers ; de
Thou a trouvé le temps de composer un ouvrage
qui, par sa seule étendue, semble avoir dû absorber

(i) Ces deux statues sont posées de chaque côté de celle de de
Thou , sur des piédestaux en avant-corps. Ou en voit le trait
dans la planche suivante.
loading ...