Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 16.1808 [Cicognara Nr. 3401-16]

Seite: 103
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1808/0156
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( io3 )

Planche cinquante - deuxième. — Statues de Marie
Barhan^on de Cany et de Gasparde la Châtre ; du
Musée des Monumens français , par Barthélémy
Prieur et Anguier.

Ces deux figures, en marbre blanc, et de grandeur
naturelle, accompagnent la statue de Jacques Au-
guste de Thou, qui fait le sujet du précédent article.
Celle à droite, représentant Marie Barbançon de Cany,
première femme de de Thou, est due au ciseau de
Barthélémy Prieur : l’autre , par François Anguier ,
offre le portrait de Gasparde la Châtre , seconde
femme de l’historien célèbre. Ces deux figures sont
exécutées avec beaucoup de soin , de vérité et de
finesse, et font honneur aux deux statuaires.

Nous n’avons encore cité aucun ouvrage de Fran-
çois Anguier, ou plutôt des frères Anguier , sculp-
teurs célèbres , que l’on ne peut guère séparer l’un
de l’autre, puisqu’ils ne se quittèrent pas tant qu’ils
vécurent, et qu’après leur mort le même tombeau
les réunit.

François et Michel Anguier, natifs de fa ville d’Eu,
en Normandie, étaient fils d'un menuisier. Ils firent
connaître dès l’enfance leurs heureuses dispositions
par de petites figures de pierre ou de bois qu'ils tail-
laient avec leurs couteaux. Un habitant de leur ville,
frappé de leur talent, se chargea de leur éducation,
mais il s’aperçut bientôt qu’il leur fallait de meilleurs
maîtres que ceux qu’il pouvait leur procurer, et les
ayant envoyés à Paris , il les fit placer chez un sculp-
teur habile. A peine eurent-ils modelé quelques fi~
16. \ stf

I

4
loading ...