Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 16.1808 [Cicognara Nr. 3401-16]

Seite: 113
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1808/0171
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( n3 )

Planche cinquante-septième , cinquante-huitième , cin-
quante-neuvième.— S. Gervais et S. Prolais ■ Tableau
cle la Galerie du Muse'e, par Lesueur.

On ignore les* circonstances de la vie et du mar-
tyre de S. Gervais et S. Protais, qui souffrirent la
mort au premier siècle pour la foi de J. C-; ce que
quelques légendaires en ont écrit est apocrj'phe -,
cependant on s’accorde à dire que le consul Asta-
sius étant prêt à partir pour l’armée, ses prêtres lui
déclarèrent qu’il ne reviendrait pas victorieux s’il
n’obligeait Gervais et Protais à sacrifier aux idoles.
Il les fit amener devant lui. mais n’ayant pu, ni par
ses exhortations ni par ses menaces, changer leur
résolution , il les condamna à mort. Gervais expira
sous les verges ; Protais eut la tête tranchée. Leurs
corps furent trouvés à Milan, par S. Ambroise ,
l’an 586.

Ce tableau, l’un des plus beaux de la main de
Lesueur, ornait anciennement la nef de l’église de
Saint-Gervais. Il y en avait cinq autres de la même
dimension, et dont les sujets étaient également tirés
de la vie des deux saints. Lesueur partagea ces tra-
vaux avec Bourdon et Philippe de Champagne. ( Voyez
tome III des Annales , page 25.

La pensée et la composition dn tableau de Lesueur,
dont nous donnons ici la gravure , ont toujours été
citées parmi ses plus beaux titres de gloire. La
noble simplicité de l’ensemble, la vérité des carac-
tères et des attitudes , et sur-tout l’expression tou-
chante des deux martyrs , empêchent d’apercevoir
ce que la correction exigerait dans quelques parties , et
ce qui manque au coloris. Un écrivain français, à
loading ...