Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 16.1808 [Cicognara Nr. 3401-16]

Seite: 117
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1808/0177
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( H7 )

Planche soixante-unième. — Vision mystique de la
Croix ; Tableau de la Galerie du Musée, par l’Albane.

Jésus quitte le sein de sa mère, et levant les yeux
vers le ciel, contemple la Croix que lui présentent
des Anges en pleurs. Deux Anges , placés près de la
Vierge , regardent avec admiration l’enfant divin.
Sur le devant du tableau, deux autres Anges plus
petits, à genoux aux pieds de Marie , donnent des
marques de respect et de soumission. S. Joseph,
appuyé sur une balustrade , interrompt sa lecture
pour prendre part à cette scène mystique. Un groupe
de nuages, traversé par des rayons lumineux, rem-
plit le fond du tableau.

Ayant déjà publié dans ce recueil un grand nombre
de tableaux de l’Albane , il nous reste d’autant moins
à ajouter aux observations dont ils ont été l’objet,
que ce peintre a peu varié sa manière. De toutes
celles des peintres célèbres , il n’y en a point de plus
facile à connaître que celle de l’Albane. Quoiqu’il
fût savant dans le dessin , comme il n’avait point
d’autres modèles que sa femme et ses enfans , il
s’est souvent répété, sur-tout dans ses airs de tête.
Son génie,' soutenu par l’étude des belles-lettres (i),
lui fournit les moyens d’enrichir ses inventions des
ornemens de la poésie. Sa veine est abondante, fa-
cile 5 ses pensées sont presque toujours riantes et in-

(i) L’Albane n’avait pas appris le latin , et regrettait beaucoup
de ne pas pouvoir lire les poètes qui ont écrit en cette langue $
mais il avait toujours en main quelque autre poète italien.
loading ...