Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 16.1808 [Cicognara Nr. 3401-16]

Seite: 123
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1808/0186
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 120 )

Planche soixante - quatrième — Le Sommeil du petit

S. Jean; Tableau de la Galerie du Musée, par Carlo

Dolci.

Le petit S. Jean couché, et ayant près de lui la
croix avec laquelle on a coutume de le représenter,
est profondément endormi. On voit près de lui Sainte
Elisabeth levant les yeux et rendant grâces au ciel.
Dans Je fond, trois Chérubins ailés, voltigent sur
un nuage. Zacharie, père de S. Jean, paraît méditer
sur les saintes écritures.

La composition de ce sujet n’est pas très-heureuse ;
le groupe d’Elisabeth et de Zacharie, beaucoup trop
serré, et coupé par la figure du petit S. Jean, ne
produit pas un bon effet; mais la pose de l’enfant est
gracieuse et naturelle. L’expression des deux autres
personnages est commune. Les défauts de ce tableau
sont rachetés par un coloris suave et harmonieux,
une exécution moëlleuse et finie.

Carlo Dolci a fait peu de grands tableaux , et n’a
guère peint que des sujets de sainteté, sinon quel-
ques portraits et une figure de la Poésie, au palais
Corsini. On cite ce dernier morceau comme un
excellent ouvrage. Ses petits tableaux sont en grand
nombre , et il en a répété plusieurs de sa propre main.
Ils lui étaient ordinairement pajrés chacun cent écus.
Il eut pour élèves, outre sa fille, Alexandre Lorenzo
et Bartolomeo Mancini. ( Voyez tome X des Annales
du Musée, page 2g, où l’on a donné une composition
de Carlo Dolci, et quelques observations sur ce
peintre, dont le Musée ne possède que ces deux
tableaux. )

iB.

2 9
loading ...