Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 15
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0023
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i5 )

Planche première et deuxième. — Le Calvaire ; Tableau
de la Galerie du Musée , par Karel Dujardin.

Au pied de la croix sur laquelle Jésus-Christ est
attaché entre deux larrons , on voit d’un côté S. Jean,
debout, joignant les mains ; de l’autre , la Madeleine
à genoux , levant les yeux au ciel. La Vierge est
évanouie entre les bras des saintes femmes. Dans la
multitude de personnages qui entourent le lieu du sup-
plice , on distingue des cavaliers armés, et l’un des
bourreaux , tenant une éponge au bout d’un roseau.
Le ciel est couvert de nuages épais , au travers desquels
percent quelques rayons du soleil prêt à s’éclipser.

Un tableau d’histoire par Karel Dujardin est une
chose rare , et celui-ci est peut-être le plus beau de
ce maître. Il avait quitté de bonne heure le genre his-
torique pour s’attacher aux sujets burlesques et à
l’étude des animaux et du paysage.

Les figures de ce tableau , connu sous le titre du
Calvaire, ont tout au plus un pied de proportion. La
couleur en est vraie et brillante , l’effet harmonieux ,
la touche fine et précieuse. C’est un chef-d’œuvre
d’exécution , qui ne laisse à desirer que de la noblesse
dans le dessin et dans les caractères.

Karel Dujardin, né à Amsterdam vers t 740, eut pour
maître, selon quelques-uns, Paul Potter; selon d’au-
tres , Nicolas Berghem. Mais il est probable qu’il fut
élève de ce dernier, dont il a plus particulièrement
imité la touche ferme et spirituelle. Très-jeune encore,
Dujardin fit un voyage en France, retourna dans son
lre Coll. T. Compl. 5
loading ...