Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 29
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0044
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche onzième. — Le Parnasse ; Tableau de la Ga-
lerie du Musée , par André Mantegna.

Sur le devant du tableau , à gauclie, on voit Apollon
assis • près de lui les neuf muses , réunies en un seul
groupe, dansent au son mélodieux de sa lyre. De l’autre
côté , Mercure, appuyé sur Pégase , dont les ailes sont
étendues , tient un long caducée. Au centre du tableau,
sur un rocher dont la base entr’ouverte en forme d’ar-
cade laisse entrevoir dans le lointain une campagne
riante , est placé le lit de Vénus , au-devant duquel la
déesse est debout, et accompagnée du dieu de la guerre.
Un peu plus bas , sur le même rocher , l’Amour, ar-
mé de son arc et de son carquois , souffle à l’époux de
Vénus les traits de la jalousie. Vulcain aperçoit l’in-
fidèle déesse, et lui lance des regards menaçans.

Beaucoup de naïveté dans la composition , dans l’ex-
pression et dans le coloris ■ un pinceau fini, mais sec
et un peu froid ; des draperies cl’un ton cru , des dé-
tails singuliers et exécutés d’une petite manière , in-
diquent dans ce tableau , d’un très-ancien maître, les
premiers temps de la renaissance de l’art. Au milieu
de tous ces défauts , ou plutôt de ce manque de per-
fection , on distingue néanmoins , en certaine partie, un
sentiment poétique qu’il n’est pas donné aux hommes
ordinaires de transmettre dans leurs ouvrages.

André Mantegne, ou Mantegna,né à Padoue en 1 ép1,
gardait les brebis dans son enfance. Ses premiers essais
furent remarqués ; placé chez un peintre nommé
Jacques Squaccione, qui depuis l’adopta pour son fils
loading ...