Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 33
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0050
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 33 )

Planche treizième. — La Mort de Bajazet; Dessin par
M. Gérard.

L’artiste a choisi pour sujet de sa composition,
Lavant-dernière scène de la tragédie de Bajazet • c’est-
à dire le récit d’Osmin, confident cl’Acomat : il vient
annoncer à son maître le meurtre de Pioxane et celui
du jeune prince que cette amante jalouse et furieuse
‘ a fait périr. On sentira mieux la manière dont M. Gé-
rard a rendu les circonstances de cet événement tra-
gique, en relisant la belle scène de Pvacine, que nous
rappelons ici presque en entier.

a c o M A T.

Ses yeux ne l’ont-ils point séduite ?

Itoxane est-elle morte ?

O S M I N.

Oui , j’ai vu l’assassin

Retirer son poignard tout fumant de son sein.

Orcan , qui méditait ce cruel stratagème ,

La servait à dessein de la perdre elle-même ;

Et le sultan l’avait chargé secrètement
De lui sacrifier l’amante après l’amant.

Lui-même , d’aussi loin qu’il nous a vu paraître ,

Adorez, a-t-il dit, Tordre de votre maître ;

De son auguste seing reconnaissez les traits,

Perjîdes, et sortez de ce sacré palais.

A ces discours , laissant la sultane expirante ,

II a marché vers nous, et d’une main sanglante ,

II nous a déployé l’ordre dont Amurat
Autorise ce monstre à ce double attentat.

Mais , seigneur , sans vouloir l’écouter davantage ,
Transportés à-la-fois de douleur et de rage,

Nos bras impatiens ont punis son forfait ,

Et vengé dans sou sang la mort de Bajazet,

t
loading ...