Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 36
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0054
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 36 )

Les deux autres fils de Jacques se bornèrent à copier
les tableaux de leur père , et les ont singulièrement
multipliés; c’est pour cette raison qu’on en rencontre
plusieurs de la même composition , tous attribués à
Jacques , et réputés originaux.

Jacques Bassan jouit d’une grande considération, et
se distingua par la régularité de ses mœurs. Il disait
en mourant que ne pouvant rien apprendre de nou-
veau , et ne commençant qu’à cette heure à entrevoir
le merveilleux de la peinture , il voÿait combien il
était difficile d’atteindre à la perfection de son art.
La mort enleva ce grand peintre en 1692 , à l’âge de
quatre-vingt-deux ans.

Le Christ au Tombeau , dont nous donnons ici l’es-
quisse , faisait partie de l’ancien cabinet du roi, et
peut être considéré comme l’un des plus beaux du
Bassan. Les figures sont de grandeur naturelle. L’ex-
pression en est commune et les draperies son t de mau-
vais goût. Mais sous le rapport du coloris et de l’effet,
ce morceau mérite une a ttention particulière.
loading ...