Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 43
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0065
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 4^ )

Planche dix-neuvième. — Axiane et Alexandre ; Sujet
tiré de la tragédie de Racine , par M. Gérard.

Alexandre , après avoir défait les armées de Porus
et d’Axiane sur les bords de l’Hydaspe , se rend au
camp de Taxile , qui ne s’est point opposé au vain-
queur. Il y trouve Axiane déplorant son sort et celui
de Porus , qu’elle aime et dont elle est aimée. Elle
croit ce prince au rang des morts , et reproche à
Alexandre son ambition et son injustice.

AXIANE

Hé bien , seigneur , lié bien, trouvez-vous quelques charmes
A voir couler des pleurs que font verser vos armes ?

Ou si vous m’enviez , en l’élat où je suis ,

La triste liberté de pleurer mes ennuis ?

ALEXANDRE.

Votre douleur est libre autant que légitime;

Vous regrettez, madame, un prince magnanime :

Je fus son ennemi , mais je ne l’étais pas
Jusqu’à blâmer les pleurs qu’on donne à son trépas.

Avant que sur ses bords l’Inde me vît paraître,

L’éclat de ses vertus me l’avait fait connaître ;

Entre les plus grands rois il se fit remarquer :

Je savais....,

AXIANE.

Pourquoi donc le venir attaquer ?

Par quelle loi faut-il qu’aux deux bouts de la terre
Vous cherchiez la vertu pour lui faire la guerre ?

Le mérite à vos yeux ne peut-il éclater
Sans pousser votre orgueil à le persécuter ?

Nous avons dit déjà qu’il est difficile à un peintre
de faire ressortir une scène tragique qui n’offre qu’un
dialogue. Il n’a d’autres ressources que la majesté ou
la fierté des attitudes , la noblesse des caractères, la
richesse du costume. Sous ces rapports, la composition
de M. Gérard mérite des éloges.

12
loading ...