Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 55
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0086
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 55 )

Planche vingt-neuvième. — Jules Césa'r au tombeau
d*Alexandre ; Tableau de la Galerie du Musée , par
Sébastien Bourdon.

C’est sous ce titre que le tableau dont nous don-
nons ici le trait était inscrit sur le livret du Musée
publié en 1793. Nous ignorons où l’artiste a puisé son
sujet. Le tableau porte trois pieds trois pouces de
hauteur, sur quatre pieds quatre pouces de largeur,
et est ancien dans la collection du Musée. Aucun des
auteurs qui ont écrit sur la vie et sur les ouvrages de
Bourdon ne fait mention de celui-ci.

Jules César , qui toujours fit preuve d’une grande
admiration pour Alexandre, et semblait même s’être
proposé ce héros pour modèle , se fait conduire au tom-
beau qui lui avait été érigé à Babjlone. fl descend de
son char, pose une couronne et répand des pleurs sur
la sépulture d’Alexandre , et consacre ainsi par un
hommage public le respect qu’il porte au plus illustre
des conquérans.

Cette composition , d’un effet pittoresque , n’a point
assez de dignité , . et pêche contre les convenances.
Jules César 11’a près de lui que quelques-uns des
siens : il est entouré de gens du peuple, dont les
physionomies sont peu expressives, et dont le costume
n’est rien moins qu’exact. Le peintre a supposé que
le corps d’Alexandre a été renfermé dans une tombe
dont la matière transparente laisse entrevôir les restes
du héros, ce qui est contre toute vraisemblance. Di-
vers édifices, dont le fond du tableau est orné , attes-
tent l’ancienne magnificence de Babylone. Le principal
mérite de ce morceau est dans la grâce de la touche
et la légèreté du coloris.

Te Coll. T. Compl. 14
loading ...