Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 56
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0087
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 5S )

Planche trentième. — La Madeleine dans le désert ;

Tableau de la Galerie du Musée, par Adrien Y an

der WerfF.

Quelques personnes confondent sans raison sainte
Marie-Madeleine, qui s’attacha à Jésus , le suivit dans
tous ses voyages , et dont la fin est absolument ignorée ,
avec sainte Marie Egyptienne, qui répara les désordres
de sa jeunesse en passant les quinze dernières années
de sa vie dans la solitude et dans la pratique de toutes
les vertus. Nuit et jour Marie pleurait la perte de son
innocence, et punissait son corps par les plus rigou-
reuses macérations. C’est probablement cette dernière
sainte que l’artiste a voulu représenter , à moins qu'il
n’ait partagé l’erreur assez ordinaire qui les fait con-
fondre l’une avec l’autre.

Ce petit tableau, précieux comme tous ceux qui sont
sortis du pinceau de Yan der WerfF, se fait remar-
quer par la vigueur du ton , et par une correction de
dessin peu commune parmi les peintres de l’école hol-
landaise. Il y manque un peu plus de légèreté dans
les demi-teintes et de transparence dans les ombres.
Cette mollesse et cette lourdeur sont presque toujours
inséparables, et sont le résultat ordinaire d’une touche
tourmentée et trop fondue. C’est le plus grand et peut-
être le seul défaut de Yan der WerfF.
loading ...