Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 58
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0091
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 58 )

Planche trente-deuxième. —- Bacchanale ; Bas-relief du
Musée des Antiques.

Ce bas-relief, dont nous donnons ici le développe-
ment , forme le pourtour d’un marbre cylindrique
creusé au milieu , et connu sous le nom de putéaî. Les
anciens décoraient avec de semblables marbres les puits
de leurs temples , de leurs jardins ou des places publi-
ques. On les couronnait de fleurs un certain jour de
l’année, dit fontinaüa, ou l’on jetait des bouquets dans
les eaux des fontaines.

Ce putéal offre encore des traces de l’usage auquel
il était destiné. Les bords en sont usés par le frotte-
ment, et la plupart des têtes du bas-relief ont été
emportées par le choc des seaux. Il représente une
danse bachique connue sous le nom de thyrse , qui
signifie une danse joyeuse de personnes des deux sexes,
en l’honneur de quelque divinité , et particulièrement
de Bacchus. On remarque dans ce morceau un faune
qui joue de la flûte traversière. Les femmes sont dra-
pées avec beaucoup de légèreté et de délicatesse , et
l’exécution de ce morceau , composé avec élégance ,
annonce un ciseau spirituel et facile. Il est en marbre
de Carrare , et a 5a pouces de hauteur.
loading ...