Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 59
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0093
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche trente-troisième. — Cliloé , sauvée des mains
des corsaires, vient retrouver Daphnis ; Dessin de
M. Gérard.

Des corsaires méthymniens ayant enlevé Cliloé,
Pan, irrité , les avertit par un songe de remettre à
terre cette jeune captive.

« Le capitaine, qui s’appelait Briaxis, ces paroles
ouïes , s’esveilla , tout effrayé , en sursaut , et feit
incontinent appeller les capitaines de chacune galère,
aux quels il commanda que l’on cherchast prompte-
ment Chloë entre les prisonniers. Ce qui fut aussitôt
faict , et la lui amena-l’on couronnée de feuillage de
pin ; et à cela remarqua le capitaine que c’estait elle
pour laquelle il avait eu ceste apparition en dormant,
si la fit remettre en terre..... Daphnis apercevant de
tout loing , de dessus une haulte butte où il était
monté, Chloë avec ses deux troupeaux , descendit le
plus viste qu’il peut dans la plaine, criant à haulte
voix : O nymphes ! ô gentil Pan î et courant em-
brasser Chloë, fut espreins de si grande joie , qu’il
en tomba par terre tout pasmé. Mais Chloë , en lê
baisant et embrassant, le reschauffa si bien , qu’elle le
feit revenir; et après qu’il eut reprins ses esprits:, s’en
alla avec elle soubs le fousteau où ils avaient accous-
tumé de se trouver : là, où s’estans tous deux assis à
l’ombre , il ne faillit pas à demander comme elle avait
peu esçliapper des mains de tant d’ennemis. »

( Daphnis et Cliloé , Liv„ IL )
loading ...