Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 65
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0106
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 65 )

Planche trente - neuvième. — Le Choix du cœur ; Sujet
érotique tiré de l’Art d’aimer de Bernard , et des-
siné par M. Prud’hon.

M. Prud’hon avait à composer un frontispice pour
le premier chant de l’Art d'aimer. Les vers suivans'
lui en ont fourni la pensée:

J’appelle amour cette atteinte profonde ,

L’entier oubli de soi-même et du monde.

Ce sentiment soumis , tendre, ingénu,

Prompt, mais durable , ardent, mais soutenu ,

Qu’émeut la crainte et que l’espoir enflamme j
Ce trait de feu qui des yeux passe à l’âme ,

De 1? ame aux sens ; qui , fécond en désirs,

Dure et s’augmente au comble des plaisirs.

Quand ce rayon , cette vive étincelle.

Passe au travers du sein qui le recèle ,

Voici les lois qu’un amant peut ouïr :

Choisir l’objet, l’enflafmner , en jouir j
Beautés , amans, voilà votre carrière.

Vénus présentant à l’Amour un groupe de cœurs
que distinguent divers attributs , est une idée plus
poétique que pittoresque, et ferait probablement un
médiocre effet en peinture, à en juger d’après certains
tableaux mystiques que l’on voyait communément
dans les maisons religieuses, et que l’on voit encore
dans quelques églises. Des cœurs enflammés ne pré-
sentent pas un aspect agréable, et nous ne pensons
pas que les anciens aient fait usage de cet emblème.
Quoi qu’il en soit, la composition de ce dessin est
riante et gracieuse ; et dans toutes celles du genre
érotique, l’artiste peut s’appliquer les vers suivans,
également extraits du poème de Bernard ;

Qa’ici l’Amour , épurant son système ,

Nu , mais décent, plaise à la pudeur même.

Dans nos portraits , Albane plus fidèle,

Peignons l’Amour comme on peint une belle ÿ
D’un jour aimable éclairons son tableau ,

Vrai, mais flatté ; tel qu’il est, mais en beau.
loading ...