Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 66
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0107
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 66 )

Planche quarantième. — Créonprêt à se donner la mort ;
Dessin de M. Moitte.

Ce sujet, tiré de la dernière scène des Frères enne-
mis, représente le moment où Créon apprenant qu’An-
tigone a mieux aimé se donner la mort que d’accepter
sa main et de partager avec lui le trône de Thèmes,
se livre au plus violent désespoir.

CRÉON.

Ainsi donc vous fuyez un amant odieux ,

Et vous-même , cruelle, éteignez vos beaux yeux !

Vous fermez pour jamais ces beaux yeux que j’adore ;

Et, pour ne me point voir , vous les fermez encore !
Quoiqu’He'mon vous fût cher, vous courez au trépas
33ien plus pour m’éviter que pour suivre ses pas ;

Mais dussiez-vous encor m’être aussi rigoureuse ,

Ma présence aux enfers vous fût-elle odieuse ,

Dût , après le trépas, vivre votre courroux ,

Inhumaine, je vais y descendre après vous.

Vous y verrez toujours l’objet de votre haiue,

Et toujours mes soupirs vous rediront ma peine.

Ou pour vous adoucir, ou pour vous tourmenter )

Et vous ne pourrez plus mourir pour m’éviter.

Mourons donc.

att a U e , lui arrachant son épée.

Ah ! seigneur, quelle cruelle envie !
CRÉON.

Ah ! c’est m’assassiner que me sauver Ja vie.

Amour , rage , transports , venez à mon secours,

Venez et terminez mes détestables jours, etc.
loading ...