Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 67
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0110
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( e7 )

Planche quarante-unième. — Phèdre déclare 'son amour
à Hïppolyte ; Dessin de M. Girodet.

M. Girodet est un des artistes dont les compositions
savantes et toujours d’un style noble et pur , ont le
plus contribué à l’ornement des magnifiques éditions
de M. Pierre Didot aîné. Le sujet dont nous donnons
ici la gravure , est tiré du deuxième acte de la tra-
gédie de Phèdre. A peine cette coupable et infortunée
reine a-t-elle avoué son amour au fils de Thésée ,
que la froideur ou plutôt l’indignation du jeune prince
lui fait connaître qu’elle ne doit attendre aucun fruit
de sa passion criminellefElle arrache l’épée d’Hippolyte?
et veut s’en percer à ses yeux.

PHÈDRE.

. . . . Cet aveu que je viens de te faire ,

Cet aveu si honteux, le crois-tu volontaire?

Tremblante pour un fils que je n’osais traliir,

Je te venais prier de ne le point haïr.

Faibles projets d’un cœur trop plein de Ce qu’il aimef
Hélas ! je ne t’ai pu parler que de toi-même.

Venge-toi, punis-moi d’un odieux amour.

Digne fils du héros qui t’a donné le jour.

Délivre l’univers d’un monstre qui t’irrite.

La veuve de Thésée ose aimer Hippolyte î
Crois-moi, ce monstre affreux ne doit pas t'échapper.

Voilà mon cœur ; c’est là que ta main doit frapper.

Impatient déjà d’expier son offense,

Au devant de ton bras je le sens qui s’avance.

Frappe : ou si tu le crois indigne de tes coups,

Si ta haine m’envie un supplice si doux ,

Ou si d’un sang trop vil ta main serait trempée,

Au défaut de ton bras , prête-moi ton épée.

Donne.

E N O X E.

Que faites-vous , madame? Justes dieux !

Mais on vient ; évitez des témoins odieux.

Yenez, rentrez, fuyez une honte certaine.

îS
loading ...