Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 72
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0119
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 7 2 )

Planche quarante-sixième. — Retour de Thésée ; Dessin
de M. Girodet.

Phèdre a fait à Hippolyte l’aveu de l’amour qu’il
lui a inspiré. Elle ne croyait plus alors Thésée vivant j
mais elle apprend, depuis , qu’elle a été trompée par le
bruit de sa mort répandu dans toute la Grèce. Il arrive
bientôt lui-même , et se présente devant elle accom-
pagné d’Hippolyte. La honte , les remords , le déses-
poir , déchirent le cœur de la malheureuse Phèdre ,
qui n’ose lever les yeux sur son époux , en présence
de celui qui fut la cause et le témoin de son égare-
ment.

T H É S É E.

La fortune à mes vœux cesse d’être opposée ,

Madame , et dans vos bras met. ....

PHÈDRE.

Arrêtez , Thésée,

Et ne profanez point des transports si charmans :

Je ne mérite plus ces doux empressemens.

V ous êtes offensé. La fortune jalouse

N’a pas en votre absence épargné votre e'pouse.

Indigne de vous plaire et de vous approcher,

Je ne dois désormais songer quà me cacher.

THÉSÉE.

Quel est l’étrange accueil qu on fait à votre père ,

Mon fds ?

HIPPOLYTE.

Phèdre peut seule expliquer ce mystère.

Mais si mes vœux ardens vous peuvent émouvoir,
Permettéz-moi , seigneur, de ne plus la revoir ;

Souffrez que pour jamais le tremblant Hippolyte
Disparaisse des lieux que votre épouse habite.

Phèdre, acte III, scène 5.

La douleur de Phèdre , la surprise de Thésée , le
calme d’Hippolyte , l’inquiétude d’Œnone , présentent
dans cette scène de la tragédie un tableau bien remar-
quable par le contraste des sentimens divers de chacun
de ces personnages. Ces sentimens ont été bien ex-
primés par le dessinateur, qui a choisi habilement
cette circonstance de 1 action principale, et l’a rendue
avec autant de noblesse que de vérité.
loading ...