Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 79
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0131
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 79 )

Planche cinquante-troisième. — Départ de l’esclave d’A
murât ; Dessin de M. Gérard.

Dans la première scène de Bajazet , Acomat in-
terroge Osmin , avant de développer h ses jeux les
projets de son ambition. Osmin lui rend compte de
ce qu’il a vu et entendu à l’armée d’Amurat; il dit
que la destinée du sultan dépend du sort de ses armes ■
que victorieux, il verra tout rentrer dans l’obéissance
dont on semble prêt à s’écarter ; mais que vaincu , il
sera exposé aux insultes et à la haine de ceux qui
maintenant tremblent en sa présence. Cependant,
ajoute-t-il,

Il a /depuis trois mois, fait partir de Pârme'e

Un esclave charge de quelque ordre secret.

Tout le camp , interdit, tremblait pour Bajazet.

On craignait qu’Àmurat, par un ordre sévère,

N’envoyât demander la tête de s,on frère.

ACOMAT.

Tel e'tait son dessein. Cet esclave est venu ;

Il a montré son ordre, et n’a rien obtenu.

Bajazet',. acte Ier , scène Ire.

M. Gérard a donc voulu peindre le sultan Amurat
au montent où il remet à sou esclave l’ordre qui con-
tient l’arrêt de mort de Bajazet. Ne trouvant pas, sans
doute, clans ce premier acte , le sujet d’une composi-
tion belle et imposante, il a préféré peindre une ac-
tion épisodique , qui n’est qu’en récit ; et il a rendu
avec beaucoup de vérité l’orgueilleuse fierté des des-
potes orientaux , qui ne daignent pas même regarder
celui qu’ils chargent d’exécuter leurs volontés les plus
secrètes. Il a saisi de même cette expression féroce
que donne à ses regards un tjran implacable , qui sa-
crifie son propre sang aux premiers soupçons d’une
politique ombrageuse, et qui signe la mort d’un fils,
d’une épouse ou d’un frère , sans regrets et sans re-
mords.

ht

I e Coll. T. Compl.
loading ...