Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 80
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0132
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 8° )

Planche cinquante-quatrième. «—Eglogue III de Virgile •
Dessin de M. Gérard.

Les poètes ont embelli les mœurs de la campagne,
et ont peint, ses habitans avec les couleurs riantes dont
la nature se pare chaque année à leurs yeux. Malheu-
reusement ces tableaux si agréables ne se retrouvent
guère que dans leurs livres , et n’ont existé que dans
leur imagination. On chercherait en vain , même sous
le beau ciel de l’Italie et dans les plaines fertiles ou
au sein des vallons délicieux de la Grèce, ces bergers
si aimables et si instruits , qui chantaient leurs amours,
leurs peines , leurs plaisirs , et s’accompagnaient mu-
tuellement sur la flûte , sur le hautbois ou sur la
lyre ; mais les peintures où on nous les a mon-
trés sous un jour si favorable n’en sont pas moins

Îdeines de charmes pour nous. Témoins du luxe , de
a corruption et de la tristesse des villes, nous aimons
à croire que la simplicité , l’innocence et la gaieté ha-
bitent la campagne , et nous recherchons avec une
sorte d’empressement les descriptions des poètes et les
tableaux des peintres qui réalisent ces fictions dans
leurs ouvrages. C’est ainsi que nous trouvons le même
plaisir à lire une églogue de Virgile 7 ou à examiner
yn paysage qui la représente. C’est ainsi qu’après avoir
entendu les vers harmonieux des deux bergers Damète
etMénalque, nos yeux s’arrêtent avôe complaisance
sur le dessin qui nous les montre sè 'disputant lé prix
de la flûte et du chant 7 et que nous disons, avec Paie-
«non , leur juge :

ÏUÉMON.

Il ne m’appartient pas de choisir le vainqueur ;

Vous méritez le prix , et vous , et tout pasteur
Qui peint bien des amans les amours et les peines.

JÆais c’est assez , enfans ; les nymphes des fontaines?
jOnt prodigué leur onde aux champs désaltérés ;

Renfermez dans leurs lits les ruisseaux égarés.

Traduction, de$ Eglogues de Virgile par M. Firmin Didot,
loading ...