Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 101
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0175
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( loi )

Planche soixante-quinzième. — Antigone aux pieds de
Créon ; Dessin de M. Moitte.

Jocaste, après avoir reproché à Etéocle la violation
de la trêve , lui adresse les mêmes prières qu’à Po-
lynice. Créon , dont le fils vient de s’immoler lui-
même au salut de sa patrie , et qui pleure sa perte ,
s’unit à Jocaste. Antigone attend avec inquiétude le
parti que va prendre Etéocle. Attale arrive dans ce
moment.

attale, à Etéocle.

Polynice , seigneur , demande une entrevue ;

C’est ce que d’un héraut nous apprend la venue.

Il vous offre, seigneur , ou de venir ici ,

Ou d’attendre en son camp.

CRÉON.

Peut-être qu’adouci ,

Il songe à terminer une guerre si lente ;

Et son ambition n’est plus si violente.

Par ce dernier combat, il apprend aujourd'hui,

Que vous êtes, au moins, aussi puissant que lui.

Les Grecs même sont las de servir sa colère ;

Et j’ai su , depuis peu, que le roi son beau-père ,

Préférant à la guerre un solide repos,

Se réserve Mycèue et le fait roi d’Argos.

Tout courageux qu’il est, sans doute il ne souhaite
Que de faire en effet une honnête retraite.

Puisqu’il s’offre à vous voir , croyez qu’il veut la paix ;

Ce jour doit la conclure ou la rompre à jamais.

Tâchez dans ce dessein de l’affermir vous-même.

Et lui promettez tout , hormis le diadème.

É T É O C L E.

Hormis le diadème , il ne demande rien.

JOCASTE.

Mais voyez-le du moins.

C R É ON.

Oui , puisqu’il le veut bien ;

Vous ferez plus tout seul que nous ne saurions faire ,

Et le sang reprendra son empire ordinaire.

Les Frères ennemis, Acte III, scène V.
loading ...