Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 102
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0176
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche soixante-seizième. — Racine conduit par son

Génie et par Melpomène à l'immortalité ; Dessin de

M. Prudhon.

Si jamais un poète a mérité que son nom , immortel
comme ses ouvrages, fût en honneur dans la mémoire
des hommes , et que les arts rendissent un hommage
éclatant à celui qui a excellé dans le plus beau et peut-
être le plus difficile de tous les arts, c’est sans doute le
peintre du cœur et des passions, cet inimitable Rncine >
qui a approché si près de la perfection , a égalé ou sur-
passé tous ceux qui l’avaient précédé dans la même
carrière , et n’a laissé aucun espoir de l’atteindre à
ceux qui viendront après lui. Le nom de Racine est
du très-petit nombre de ceux qu’on ne peut prononcer
sans avoir aussitôt présente à l’esprit l’idée d’un génie
supérieur, réuni au goût le plus sûr et le plus délicat.
Peut-être même n’est-il que Virgile parmi les poètes,
et Raphaël parmi les peintres, qui puissent offrir des
modèles semblables de la même perfection, dans des
genres différens.

La gravure qui représente ce grand homme, conduit
par son génie et par Melpomène à l’immortalité , forme
le complément de celles dont M. Didot a enrichi son
édition de Racine; elle sert de frontispice à l’ouvrage:
les personnages sont grouppés d’une manière heureuse;
et la belle tête de Racine, qui occupe le milieu de la
composition, forme un heureux contraste avec la fi-
gure de la sévère Melpomène et les traits gracieux du
génie. Les bustes de Sophocle, d’Euripide, d’Aristo-
phane, de Ménandre , ornent le fond du tableau,
etrappellentla gloire du théâtre d’Athènes, comme le
couronnement de Rncine rappelle celle du théâtre
Français.
loading ...