Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 106 0
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0184
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( io6 )

Planche quatre-vingtième.—Hermione menaçant Pyrrhu s ;
Dessin de M. Girodet.

Pyrrhus , loin de revenir auprès d’Hermione avec de
tendres sentimens, lui annonce son mariage prochain
avec Andromaque. Hermione s’abandonne à toute sa
colère , et lui rapelle avec une ironie sanglante les
cruautés qu’il a exercées devant Troye. Pyrrhus impute
à Plélène le sang qu’il a versé ; et se justifiant de ne pas
tenir à Hermione la foi p -omise , il ajoute .

Nos cœurs n’étaient pas faits dépendans l’un de l’autre :

Je suivais mon devoir, et vous cédiez au vôtre ;

Rien ne vous engageait, à m’aimer en effet.

HERMIONE.

Je ne t’ai point aimé , cruel ! qu’ai-je donc fait ?

J’ai dédaigné pour toi les vœux de tous nos princes ;

Je t’ai cherché moi-même au fond dotes provinces ;

J’y suis encor, malgré tes infidélités,

Et malgré tous mes Grecs honteux de mes hontes.

Je t’aimais inconstant , qu’eussé-je fait fidèle ?

Et même en ce moment où ta bouche cruelle
Vient si tranquillement m’annoncer le trépas ,

Ingrat, je doute encor si je ne t’aime pas.

Mais seigneur , s’il le faut, si le ciel eu colère
Réserve à d’autres yeux le bonheur de vous plaire,

Achevez votre hymen , j’y consens ;mais du moins
Ne forcez pas mes yeux d’en être les témoins.

Pour la dernière fois je vous parle peut-être.

Eifférez-le d’un jour , demain vous serez maître....

Vous ne répondez point ? Perfide! je le voi,

Tu comptes les momens que tu perds avec moi.

Ton cœur , impatient de revoir ta Troyenne,

Ne souffre qu’à regret qu’un autre l’entretienne.

Tu lui parles du cœur , tu la cherches des yeux.

Je ne te retiens plus, sauve-toi de ces lieux ;

Va lui jurer la foi que tu m’avais jurée;

Va profaner des dieux la majesté sacrée.

Ces dieux , ces justes dieux n’auront pas oublie»

Que les mêmes sermçns avec moi t’ont lié.

Porte aux pieds des autels un cœur qui m’abandonne ,

Va, cours : mais crains encor d’y trouver Hermione.

Andromaque, acte IV , scène V,
loading ...