Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 113
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0199
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( n3 )

Planche quatre-vingt-septième. — Mithndate éprouvant
Momme; Dessin de M. Peyron.

Mithridate reproche à Pharnace ses liaisons avec
les Romains et son amour pour Monime. Pharnace
avoue qu’il a mérité la haine de son père par cette
passion criminelle, mais il accuse en même temps
son frère Xipharès d’aimer aussi la reine, et même
d’en être aimé. Mithridate se sent plus que jamais en
proie à toutes les fureurs de la jalousie; cependant
il doute encore de la trahison d’un fils qu’il aime et
qui s’est toujours montré fîdcle à son père et à sa
haine pour les Romains, Il veut savoir la vérité de la
bouche de Monime, et pour l’amener à un aveu qu’il
desire et qu’il craint tout-à-la-fois , il dissimule ; il
feint de vouloir lui donner Xipharès pour époux et
d’être disposé à les faire monter l’un et l’autre sur
un trône qui leur est dû. Monime, qui connaît Mithri-
date , se défie d’une trahison , et refuse de s’unir à
Xipharès. Mithridate explique ce refus en faveur d,e
Pharnace.

MONIME.

En quelle extrémité, seigneur, suis-je réduite?

Mais enfin je vous crois et je ne puis penser

Qu’à feindre si long-temps vous puissiez vous forcer.

Les dieux me sont témoins, qu’à vous plaire bornée ,

Mon âme à tout son sort s’était abandonnée.

Mais si quelque faiblesse avait pu m’alarmer,

Si de tous ses efforts mon cœur a du s’armer ,

Ne croyez pas, seigneur, qu’auteur de mes alarmes,

Pharnace m’ait jamais coûté les moindres larmes.

Ce fils victorieux que vous favorisez,

Cette vivante image en qui vous vous plaisez,

Cet ennemi de Rome et cet autre vous-même,

Enfin , ce Xipharès que vous voulez que j’aime.....

MITHRIDATE.

Vous l’aimez ?

MONIME.

Si le sort ne m’eût donnée à vous,

Mon bonheur dépendrait de l’avoir pour époux.

Avant que votre amour m’eût envoyé ce gage ,

Nous nous aimions. Seigneur, vous changez de visage î
MITHRIDATE.

Non , madame. Il subit, .Te vais vous l’envoyer.

Mithridate, acte III, scène V.
loading ...