Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 17.1809 [Cigognara Nr. 3401-17]

Seite: 114
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1809/0200
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C ”4 )

Planche quatre-vingt-huitième. — Roxane réconciliée
avec Bajazet ; Dessin de M. Gérard.

Le sujet de cette gravure est épisodique. Le dessi-
nateur a mis en action un récit du visir Acornat à
Atalide , amante de Bajazet. Acornat, qui avait cons-
piré en faveur de ce prince contre Amurat, voyait tous
ses projets sur le point d’échouer par la mésintelli-
gence de Roxane et de Bajazet. Menacé d’une puni-
tion terrible à l’arrivée du sultan , il était prêt à cher-
cher son salut dans la fuite, lorsque, rappelé au pa-
lais, il fut témoin d’un raccommodement qu’il n’osait
plus espérer.

A C O M A T.

Déjà sur un vaisseau dans le port préparé,
Chargeant de mon débris les reliques plus chères,

Je méditais ma fuite aux terres étrangères.

Dans ce triste dessein au palais rappelé,

Plein de joie et d’espoir, j’ai couru , j’ai volé.

La porte du serrait à ma voix s’est ouverte,

Et d’abord une esclave à mes yeux s’est offerte ,

Qui m’a conduit sans bruit dans un appartement
Où Roxane atlentive écoutait son amant.

Tout gardait devant eux un auguste silence.
Moi-même, résistant à mon impatience ,

Et respectant de loin leur secret entretien,

J’ai long-temps, immobile, observé leur maintien.
Enfin avec des yeux qui découvraient sou âme,
L’une a tendu la main pour gage de sa flamme;
L’autre, avec des regards éloquens, pleins d’amour,
L’a, de ses feux, madame, assurée à son tour.

Hélas !

ATALIDE.
A C O M A T.

Ils m’ont alors aperçu l’un et l’autre.

Voilà, m’a-t-elle dit, votre prince et le nôtre.

Je vais, brave Acornat, le remettre en vos mains.

Allez lui préparer les honneurs souverains.

Qu’un peuple obéissant l’attende dans le temple.

Le serrail va bientôt vous en donner l’exemple.

Aux pieds de Bajazet alors je suis tombé,

Et soudain à leurs yeux je me suis dérobé.

Bajazet, acte III, scène II.
loading ...