Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.Coll..1821

Seite: 13
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1821/0023
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 13 )

Planche 4.e — La Vierge sur son trône; composition
mystique de Frà Filippo Lippi.

La Vierge, debout surïa première marche du trône,
présente l’Enfant Jésus à l’adoration de deux saints
abbés. lis sont à genoux, revêtus d’habits sacerdotaux, et
tiennent à la main une crosse, marque de leur dignité.
Des anges accompagnent ïa mère du Sauveur, et portent
des tiges de Iis, emblèmes mystiques de la mission de
Gabriel. On croit reconnaître le peintre dans le portrait
du religieux carme placé au-dessous de l’enceinte du
trône, et sous l’aile de Fange qui est à la gauche du spec-
tateur. Ce tableau, peint sur bois, était placé à Florence
dans la sacristie de l’église supprimée di San-Spirito.

La disposition symétrique des diverses parties de
la composition , de sorte qu’une moitié du tableau est
presque la répétition de l’autre moitié , se retrouve
assez généralement dans les tableaux de l’époque où
celui-ci a été composé : aujourd’hui ce serait un défaut
capital; autrefois sans doute c’était une espèce de beauté,
ïl faut convenir que , dans les sujets purement mys-
tiques , cette symétrie n’a rien de choquant : elle an-
nonce de la simplicité, et rentre meme évidemment
dans le caractère des cérémonies augustes et des scènes
d’apparat. Abstraction faite de cette singularité, dont les
amateurs peuvent juger selon leur goût, ce tableau d’un
des imitateurs de Masaccio rappelle assez heureusement
la manière simple et naïve d’un* maître auquel Raphaël
lui-même n’a pas dédaigné de faire des emprunts. Les
figures ont une certaine grâce et une certaine élégance :
loading ...