Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.Coll..1821

Seite: 29
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1821/0047
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 29 )

Planche 12.c— Jésus portant sa croix ; tableau de
Benedetto Corradi del Ghirlandaio.

L’école ssorentine compte quatre peintres du nom de
Ghirlandaio, tous quatre contemporains et de la meme
famille ; ïeur nom propre est Corradi, auquel on a ajoute"
celui de Ghirlandaio, à cause de la profession de leur
père. L’uîne" des trois fds de ce dernier, Domenico Cor-
radi , peintre et excellent ouvrier en mosaïque, con-
tribua beaucoup au perfectionnement de cet art, et au
développement des talens d’un grand nombre d’artistes,
à la tête desquels on remarque Michel-Ange Buonarotti.
A cette époque on commença à faire quelques progrès
dans l’art d’imiter la nature et dans l’étude de la pers-
pective, par le moyen de laquelle Domenico Ghirlandaio
trouva la manière de bien disposer ses ligures et ses
groupes, et de donner de la profondeur à sa composi-
tion ; il acquit aussi une grande correction de dessin.
Ayant été employé avec d’autres à la décoration de la
chapelle Sixtine, il y peignit une Résurrection de Notre-
Seigneur, qui a été détruite, et la Vocation de S. Pierre
et de S. André, qu’on y voit encore. Il fut un des pre-
miers à supprimer cette profusion d’ornemens et de bro-
deries en or que ses prédécesseurs avaient mis en vogue ;
et s’il les employa quelquefois, ce fut avec discrétion.
Il a produit plusieurs autres tableaux décrits et cités
avec éloge par Vasari. Ses ouvrages sont très-nombreux
et répandus dans toute l’Italie , notamment à Rome,
à Rimini , à Pise , aux ermites di Pietra - Santa , aux
Camaldules de Volterre, où il a exécuté, outre les
loading ...