Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.Coll..1821

Seite: 31
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1821/0050
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 31 )

Planche 13.c—La Vierge, l'Ensant Jésus et des Anges;
tableau de Botticeisi.

Près d’une arcade d’où i’on découvre la campagne,
l’Ensant Jésus, assis sur les genoux de la Vierge, tient
une grenade ; il dirige la main de sa mère, et paraît l’en-
gager à inscrire au nombre de ses fidèles serviteurs les
deux jeunes saints qui lui sont présentés par leur ange
gardien. La couronne étoilée mise sur la tête de Marie
par l’ange Gabriel est reflétée des rayons du soleil, sym-
bole de la splendeur divine.

Sandro Filippi, peintre florentin, ne' en 1437, mis
par son père en apprentissage chez l’orfevre Botticelli,
dont il joignit le nom au sien, entra bientôt après dans
l’école de Frà Lippi, religieux carme et peintre, qui le
prit en amitié' et développa ses talens. Ayant été choisi
par le pape Sixte IV pour diriger les travaux de sa
chapelle, il y exécuta avec succès plusieurs morceaux
de peinture; entre autres , la Tentation de Notrc-Seigneur
et Moïse luttant contre les bergers madianites. Botti-
celli tient encore un rang parmi les graveurs de l’école
florentine. Ayant terminé les travaux de la chapelle Six-
tine, il retourna aussitôt à Florence : il se livra à la gra-
vure, y consuma tout son temps, et en recueillit peu
de fruit; il était alors âgé d’environ trente-sept ans.
On lui attribue les dessins de deux vignettes gravées par
Baîdini pour le poème de VEnfer du Dante, imprimé
à Florence par Nicolo di Lorenzo délia Magna, en 1491;
édition très-rare.

Ce tableau, le seul que le Musée possède de la main
loading ...