Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.Coll..1821

Seite: 35
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1821/0056
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 35 )

Planche 15.c — Minerve au milieu des Muses-, tableau
de Jacques Stella.

Minerve, armée de la lance et clu bouclier, et le casque
en tête, vient visiter les Muses. On reconnaît les neus
divinités à leurs dissérens attributs. Ce morceau, exécuté
dans les proportions d’un tableau de chevalet, provient
de l’ancienne ménagerie du Roi à Versailles. On y trouve
peu de nerf, peu de vivacité d’expression, peu de chaleur
d'esset et de coloris : mais il n’est pas dépourvu de grâce ;
les formes ont une certaine élégance, et la netteté du
pinceau le met au rang des productions les plus agréables
d’un artiste qui fait honneur à l’école française.

Lorsque nous avons inséré dans les volumes précé-
dens quelques compositions de Jacques Stella, nous
n’avons donné qu’une notice très-succincte de la vie et
des ouvrages de ce peintre; nous y ajouterons quelques
détails. Après avoir demeuré quatre ans à Florence, il
alla à Rome en 1623; il peignit plusieurs tableaux pour
la canonisation de S. Ignace, de S. Philippe de Neri, de
S.te Thérèse, de S. Isidore, et lit un grand nombre de
dessins, qui ont été gravés, pour des thèses et des devises,
et pour un bréviaire d’Urbain VIH. II peignait en petit
d’une manière très-agréable; on a vu de lui, dans la
grandeur de la pierre d’une bague, un Jugement de Paris
d’une beauté surprenante pour la délicatesse du pinceau :
mais il travaillait de préférence en grand, et ne faisait
ces petits ouvrages que pour satisfaire quelques ama-
teurs. Près départir pour l’Espagne, où il devait être em-
ployé à la cour, il lui arriva une asfaire fâcheuse, qui
loading ...