Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.Coll..1821

Seite: 48
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1821/0075
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
d’aborcï acquise. Scs ouvrages présentent trois manières
distinctes : la première ossre un dessin correct, un co-
loris vigoureux ; c’est celle qui se rapproche le plus d’An-
drea del Sarto : la seconde, encore soutenue par un bon
dessin , mais faible de coloris, paraît avoir servi de mo-
dèle au Bronzino et à d’autres peintres d’une époque pos-
térieure: la troisième est une véritable imitation de celle
d’Albert Durer, non-seulement pour la composition , mais
pour les tètes et les draperies, manière vraiment indigne
de celle que le Pontormo avait adoptée dans le principe;
mais il avait puisé celle-ci dans les estampes d’Albert
Durer, pour lesquelles il s’était passionné. On pourrait
même citer comme productions d’un quatrième style, si
elles existaient encore, les peintures qu’il exécuta à San-
Lorenzo; elles représentaient le Déluge et le Jugement
universel. Le Pontormo eut la prétention de rivaliser
avec Michel-Ange, en affectant ce goût de dessin ner-
veux et exagéré qui commençait à dominer dans l’école
de Florence.
loading ...