Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.Coll..1821

Seite: 53
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1821/0083
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 53 )

Planche 24.e— Vertumne et Pomone; tableau de
Paris Bordone.

La peinture embrasse tant de parties, dont la moindre
demanderait plusieurs années d’application et d’étude,
qu’il ne faut pas s’étonner que les plus grands peintres
ne les aient jamais possédées toutes dans une égalé per-
fection. Cependant, comme le principal but de l’artiste
est de représenter les objets naturels sur une superficie
plate, et qu’il ne peut y parvenir que par le moyen des
couleurs, des ombres et des jours, employés judicieuse-
ment avec l’aide du dessin, qui doit toujours être son
guide, il est certain que ceux qui se sont rendus bons
coloristes ont fait un grand progrès et sont entres bien
avant dans le secret de l’art. C’est ce qui distingue par-
ticulièrement le Titien et ses disciples, parmi lesquels
Paris Bordone est considère comme celui qui a eu le plus
de réputation. Fils d’un gentilhomme de Trévise, il joignit
à l’avantage de la naissance le don du génie, et les
divers talens que procure une éducation soignée. Il
ne passa que peu de temps à l’école du Titien, et s’ap-
pliqua avec beaucoup d’ardeur à imiter la manière du
Giorgion : il acquit un coloris qui peut-être ne le cède
point à celui de ses deux maîtres. II fut employé à plu-
sieurs ouvrages considérables, tant à Venise que dans
plusieurs autres villes d’Italie. Son tableau de l’Anneau
de S. Marc ou de VAventure dupêcheur (1), qu’il peignit

(1) Ce tableau a été exposé au Musée , et rendu aux puissances
alliées en 1815. II a été gravé.
loading ...