Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.Coll..1821

Seite: 67
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1821/0104
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 67 )

Planche3l.e — Le Sommeil de Jésus sur les genoux de
sa mère ; tableau de Sasso Ferrato.

Gio-Batista Salvi, plus connu sous le nom de Sasso
Ferrato, lieu de sa naissance, est un des peintres qui
ont jeté quelque éclat sur les dernières époques de l’école
romaine. On l’a mis quelquefois sur la meme ligne que
Carlo Dolci : ils ont cependant une manière bien difsé-
rente; mais ils se rapprochent dans le choix des sujets
auxquels ils ont consacré leur pinceau. Ce sont presque
toujours des Vierges, ou d’autres figures d’un caractère
religieux. Sasso Ferrato leur a donné plus de beauté;
mais il le cède à Carlo Dolci pour le fini du pinceau.
Au surplus, ils n’avaient pas étéinstruits selon les memes
principes, ni formés sur les mêmes modèles. Sasso Fer-
rato étudia d’abord dans sa patrie, sous Tarquinio Salvi,
son père; il alla ensuite à Rome et de là à Naples, et
l’on ne sait pas précisément quels maîtres il suivit. On
lit dans ses mémoires manuscrits le nom d’un Domenico,
et l’époque des études de Sasso Ferrato se rapporte au
temps où le Dominiquin travaillait à Naples. Au surplus ,
ce n’est pas à ce maître seul qu’il devrait le style qui le
distingue ; il copia plusieurs tableaux des plus fameux
peintres. Les copies ont été conservées par ses héri-
tiers : elles sont d’après l’Albane, le Guide, Baroehe et
Raphaël, mais réduites en petit, et touchées avec une
légèreté surprenante. H a laissé aussi quelques petits
paysages , mais un plus grand nombre de sujets de
sainteté, des têtes de S. Jean - Baptiste, et sur-tout de
la Vierge: leurs physionomies s’éloignent du beau idéal
loading ...