Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.Coll..1821

Seite: 79
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1821/0124
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche 39.e — S. François de Paule ressuscite un
enfant; tableau de Simon Vouet.

S. François, ne vers l’an 1416 à Paule, petite ville
de la Calabre, se retira, très-jeune encore, dans une
solitude peu éloignée de cette ville ; quelques personnes
pieuses se joignirent à lui, et il bâtit en 1454 une église
et un monastère. Il voulut que la charité, la pénitence
et l’humilité fussent la base de sa règle, et que ses dis-
ciples portassent le nom de Minimes, comme pour mar-
quer qu’ils étaient les derniers dans la maison du Sei-
gneur. L’éminente sainteté de François fut encore relevée
aux yeux des hommes par le don des miracles et par
celui des prophéties. Louis XI, roi de France, attaqué
d’une maladie de langueur, et craignant excessivement
la mort, fit prier le saint ermite de passer en France
pour lui rendre la santé. Celui-ci répondit que ce serait
tenter Dieu, que de lui demander un miracle sollicité
dans des vues purement humaines. Cependant, sur les
ordres du pape, François se rendit aux instances de
Louis XI; mais il fit entendre au monarque que les
décrets de Dieu étaient immuables, et qu’il n’y avait
pas d’autre parti à prendre que de se soumettre avec
résignation à la volonté du ciel, et de se préparer à
mourir saintement. Enfin ses exhortations agirent puis-
samment sur le roi, qui obtint la grâce de rentrer en
lui-même; il prit des sentimens plus dignes d’un chré-
tien , et mourut dans les bras du saint ermite, après lui
avoir recommandé ses trois enfans. Charles VIII, fils et
successeur de Louis XI, consultait S. François de Paule
loading ...