Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.Coll..1821

Seite: 85
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1821/0134
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( S5 )

Planche 43.e—ha Descente de croix ; tableau de
Sebastien Bourdon.

Le Christ, descendu de la croix, est soutenu par Joseph
d’Arimathie, accompagne de la Vierge, de S. Jean et
de la Madeleine. Deux anges en pleurs sont aux pieds
du divin Sauveur.

Lorsqu’à son retour d’Italie le Bourdon peignit pour
l’eglise de Notre-Dame le tableau du Martyre de S. Pierre,
ce morceau fut regarde comme ie ches-d’œuvre de l’ar-
tiste , et cette opinion s’est toujours soutenue : mais alors
le Bourdon n’avait pas sait le tableau dont nous donnons
ici la gravure, et qui semble l’emporter de beaucoup
sur le premier, pour le goût de la composition ,1e dessin ,
les caractères et le coloris. Le Bourdon, dans aucun de
ses grands ouvrages (car ses petits tableaux ont toujours
obtenu et mérité la préférence), n’a réuni au meme
degré les principales parties de l’art.

Le tableau de la Descente de croix avait été peint pour
l’église de Saint-Benoît à Paris, et n’a été placé au Musée
que depuis le rétablissement de cette galerie royale en
1816. Ï1 est exposé vis-à-vis le tableau du Martyre de
S. Pierre, que nous venons de citer. Les connaisseurs
peuvent les comparer, et assigner le premier rang à l’un
ou à l’autre, selon l’estime qu’ils font de chacun de ces
deux ouvrages. L’exécution de la Descente de croix
est postérieure d’environ quinze ans à celle de l’autre
tableau; le Bourdon la peignit à son retour de Suède,
où les guerres de religion l’avaient engagé à se ré-
fugier : cet artiste était protestant. La reine Christine
loading ...