Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.Coll..1821

Seite: 86
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1821/0135
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
lui fit un accueil favorable , le nomma son premier
peintre, et le chargea de faire les dessins de la pompe
sunèbre de son père, Gustave - Adolphe. Cet ouvrage
fut suivi des portraits de la reine, du prince Charles-
Gustave, son cousin , et de ceux de tous les autres gene-
raux de l’armée.

On ne doit pas omettre un trait de désintéressement
de Bourdon. Comme il faisait le portrait de la reine
représentée à cheval, cette princesse lui parla des ta-
bleaux que le roi son père avait trouvés à Prague après
la prise de cette ville , et qui étaient encore emballés ;
elle lui ordonna de les examiner. Le Bourdon lui en
ayant fait un récit très-avantageux, sur-tout de ceux du
Corrége, cette généreuse princesse lui dit qu’elle les lui
donnait; mais le Bourdon lui représenta que c’étaient
les plus beaux tableaux de l’Europe, et qu’elle ne devait
pas s’en dessaisir. La reine les garda, et les sit portera
Rome, où elle fixa son séjour après qu’eîle eut abdiqué
la couronne. Après sa mort les héritiers de Don Olivio
Odescalchi les achetèrent, et les revendirent au duc
d’Orléans , régent de France.
loading ...