Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.Coll..1821

Seite: 87
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1821/0137
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche 44.c — Paysage par le Bolognèse.

Ce paysage, touche" largement et d’un bon style, offre
vraisemblablement quelque site dessine" d’après nature.
On voit sur le devant trois femmes, deux enfans, un
jeune homme assis; et sur le second plan, une barque
contenant cinq personnes.

Gio. Francesco Grimaldi, surnomme" h Bolognèse,
du nom de sa ville natale, vit le jour à Bologne en 1606.
Il était parent des Caraches et se forma à leur école. Ses
progrès furent rapides. Quoiqu’il dessinât fort bien la
figure , il s’adonna plus spécialement au paysage , et
s’y distingua d’une manière éminente. Etant allé à
Rome pour se perfectionner, il fit connaître son talent,
et fut chargé d’une grande quantité de travaux. Le pape
Innocent X l’employa avec plusieurs artistes habiles au
palais du Vatican et à la galerie de Monte-Cavallo. Le
Bolognèse avait des manières qui le faisaient aimer de
tout le monde, et le pape prenait plaisir à le voir tra-
vailler et à s’entretenir avec lui. Le neveu de sa Sainteté,
le prince Pamphile , qui ne l’aimait pas moins, l’occupa à
orner son palais de Bel Respiro. Chacun, à l’exemple de
ces princes, recherchait le Bolognèse, et voulait avoir
quelque ouvrage de sa main. Sa réputation étant venue
jusqu’en France, le cardinal Mazarin le fit venir, lui
donna une forte pension, et l’occupa pendant trois ans à
embellir son palais, ainsi que celui du Louvre, par ordre
de Louis XIV. Les troubles de l’Etat l’obligèrent à se re-
tirer chez les Jésuites. Il leur témoigna sa reconnaissance
en peignant une décoration pour l’exposition du saint
loading ...