Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.Coll..1821

Seite: 107
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1821/0169
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
I 10? )

Planche 57.c — Un Corps-de-gar.de on Bivac ; effet
de nuit par Jean Le Duc.

Dans le fond du tableau, deux soldats, dont l’un est
à genoux et l’autre debout, se chauffent à un feu qu’ils
ont allume en plein air. On voit sur le premier plan un
jeune soldat tenant d’une main une chandelle allumée, que
de l’autre il garantit du vent, de peur qu’elle ne s’éteigne ;
et dans ie coin à gauche, un tambour et un havre-sac.

L’esset de nuit est parfaitement rendu, et ie tableau
se recommande sur-tout par une grande finesse de
touche et de coloris.

Quoique Jean Le Duc soit spécialement cite' pour ses
tableaux d’intérieur et pour ses corps-de-garde, ses ta-
bleaux d’animaux ne sont pas moins recherches, et sont
plus rares : ce genre de peinture fut meme le but de ses
premières études. Elève de Paul Potter, Le Duc imita si
bien îu manière de son maître, qu’il était souvent dif-
ficile de ne pas s’y méprendre : meme finesse de dessin ,
meme facilité de pinceau. Mais il y avait une grande
dissérence dans leur caractère : Paul Potter ne quitta
jamais un art qui l’avait si bien servi : l’élève, moins
constant, abandonna la peinture pour prendre le parti
des armes j il eut une place d’enseigne, parvint au grade
de capitaine, et l’on croit que dès ce moment il cessa
absolument de peindre. On ignore l’année de sa mort.
Il était né à la Haye en 1636, et il avait été directeur
de l’académie de peinture de la meme ville en 1671 II
a beaucoup gravé à l’eau sorte ; ses planches sont sort
estimées Ses tableaux sont assez rares en France,
loading ...