Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 2.Coll..1821

Seite: 111
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1821/0173
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 111 )

Planche 60.c et dernière. — Le Camouflet; tableau de
Guillaume Kalf.

Un soldat, pour égayer les personnes qui sont avec
lui au cabaret, approche du nez de son camarade en-
dormi une amorce qui jette de la fumée. On aperçoit
dans le sond une femme qui pose un chaudron sur le feu.

Kalf n’a guère peint que des intérieurs de cuisine
avec un ou deux personnages dans les fonds, et il est
rare de rencontrer un tableau de ce maître qui soit com-
posé d’un grand nombre de figures. Cette circonstance,
indépendamment du mérite de l’exécution, ajoute un
nouveau prix à celui dont nous donnons ici la gravure.
Le Musée n’en possède qu’un de ce peintre : le sujet est
l’intérieur d’une cuisine , au milieu de laquelle sont
entassés des légumes et divers ustensiles. On aperçoit
une sei'vante sur les marches d’un escalier; dans le
fond, une femme et un homme près d’une cheminée.
L’esfet des figures est sacrisié à celui des accessoires.

Guillaume Kalf, né à Amsterdam vers 1630, passa
quelques années dans l’école de Henri Pot, peintre d’his-
toire et de portrait; mais, soit incapacité, soit inclination
particulière, il abandonna le genre de son maître, et se
fit une manière originale, beaucoup plus facile, avec la-
quelle néanmoins il perça la foule des artistes voués à
la médiocrité.

Il s’appliqua à peindre ce que l’on est convenu d’ap-
peler la nature morte, des vases d’or, d’argent et de
nacre, des cristaux, des fruits. La sinesse avec laquelle
il rendait ces sortes d;objcts, l’intelligence avec laquelle
loading ...