Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 5
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0017
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
DUMAREST, G R. A V E U R EN MEDAILLES.

Rambert-Dumarest était né, en iy5o, à Saint-
Etienne , département de la Loire. Ses parens, atta-
chés à l’une des principales sabriques d’armes de cette
ville, l’y employèrent dès ses plus jeunes années, et
pendant quelque temps il sut uniquement occupé à
graver des gardes d’épée et des platines d’armes à
feu. Il vint ensuite à Paris, où il se voua à la cise-
lure pour l’orfèvrerie et la bijouterie. Ce genre de
talent, qui de nos jours est tombé entre les mains
de praticiens qu’un injuste préjugé ne met guère au-
dessus de la classe des simples ouvriers , est cepen-
dant une branche de la sculpture, et dans le beau
siècle des arts en France, des statuaires du premier
mérite se firent un honneur de s’y exercer.

Dumarest ciselait les métaux avec adresse et in-
telligence , mais il ne possédait point encore les prin-
cipes du dessin. Il sentit le besoin qu’il avait de s’ins-
truire , et sacrifia une partie de son temps à des
études académiques. Ses efforts furent couronnés du
succès -, il devint artiste, et acquit de la considération.
Sa fortune n’en était pas meilleure, et il se vit obligé
de s’attacher comme graveur à la manusacture de
Soho, en Angleterre. A peine y était-il arrivé , que des
mouvemens de révolution commencèrent à agiter la
France. Dumarest conçut des inquiétudes pour son
pays et pour sa famille ) enfin l’orage était prêt à
éclater. Quelques mois avant la rupture des deux
puissances, Dumarest quitta l’Angleterre , après un
séjour de deux années , et revint à Paris. Le fruit
de son travail était modique, il fut bientôt épuisé!
loading ...