Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 9
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0021
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
(9)

Fontaine cl Amour, le Serment d’Amour, la Bonne
Mère, le Baiser à la dérobée, le Verrou, le Contrat,
l’Amour, la Folie, les Ensans du Fermier, l'Escar-
polette, etc., ont été long-temps'en faveur dans les
cabinets des curieux, et ont exercé le burin de nos
meilleurs graveurs. Ses dessins, dont le nombre est
considérable, n’étaient pas moins recherchés que ses
tableaux, et étaient chèrement payés. Le sort des uns
et des autres est bien changé.

Fragonard a peu travaillé dans les dernières années
de sa vie, quoiqu’il parût conserver les forces de la
santé et celles de l’esprit. Il est mort âgé de soixante-
quatorze ans et demi, le 22 août 1806, à la suite
d’une assez courte maladie. Il a laissé pour élèves
M. Fragonard son fils, artiste distingué, et ma-
demoiselle Gérard, à laquelle il semble avoir légué
son pinceau suave et gracieux.

Fragonard avait sait en Italie, pour l’ouvrage de
l’abbé de Saint-Non (Voyage de Naples et de Sicile),
un grand nombre de dessins, soit d’après l’antique,
soit d’après les premiers peintres des écoles italiennes.
On regrette qu’il ait mis trop peu d’importance à çe
travail, et ne se soit pas attaché à conserver le carac-
tère des originaux. Il est impossible de les reconnaître
dans ces croquis , où Fragonard a substitué son esprit
à celui du maître.

3
loading ...