Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 10
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0022
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
LEDOÜX, ARCHITECTE.

Claude Nicolas Ledoux , né en 1756, àDormans,
département de la Marne , vint très-jeune à Paris ,
pour y faire ses études. Ses parens , peu fortunés , lui
avaient obtenu une bourse au collège de Beauvais.
Il en sortit à l’âge de quinze ans , et se livra tout
entier à l’étude du dessin, pour lequel il avait une
inclination décidée. Il fut bientôt en état de faire
quelques essais dans la gravure , et le produit de son
travail suffit pendant quelque temps à ses dépenses.

Mais un goût irrésistible le portait vers le bel art
où il s’est rendu célèbre. Il en puisa les premiers
éléniens dans le cours d’architecture de Blondel, et
travailla ensuite chez Trouard , architecte du roi.
Enfin , entraîné par une imagination brûlante, et ne
pouvant s’assujettir plus long-temps aux principes
de ses maîtres , il s’abandonna à l’essor de son génie.

On sait que le talent ne suffit pas toujours pour
obtenir des succès utiles. D’autres qualités, telles qu’un
extérieur agréable , un esprit liant, et sur-tout ce ton
d’assurance qui manque rarement de séduire et d’ins-
pirer la confiance, sont plus nécessaires à un archi-
tecte qu’à tout autre artiste, pour se produire dan?
le inonde. Ledoux était né avec tous ces avantages :
aussi ne tarda-t-il pas à être employé d’une manière qui
devait assurer à-la-fois sa gloire et sa fortune. Mais
l’amour de son art était son premier mobile , et
personne n’en a mieux senti que lui la grandeur et
la dignité.

Madame Dubarry le choisit pour son architecte ,
en 177 j. Il bâtit pour cette femme célèbre le charmant
loading ...