Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 15
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0027
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
R E N O IL

Antoine Renou, peintre et poète, reçu en 1781
membre de l'ancienne Académie Royale de peinture
et de sculpture, dont il fut depuis secrétaire perpétuel,
n’a produit qu’un petit nombre de tableaux parmi
lesquels il n’y en a aucun de remarquable. Comme
peintre il n’eut aucune influence sur le goût ni sur les
progrès de l’art. Comme littérateur , il n’a rien publié
qui pût lui mériter une réputation brillante ; mais il
fut attaché à un corps respectable , et y remplit les
fonctions de secrétaire d’une manière distinguée et
digne d’éloge. Assable et obligeant, il sut se saire es-
timer par la candeur et la solidité de ses principes.
La fortune lui avait toujours été peu savorable, il en
éprouva toute les rigueurs dans les dernières années da
sa vie. Né à Paris, le 5o juillet 1701, il est mort dans
la même ville en décembre 1806. M. Mérimée, peintre,
lui a succédé en qualité de secrétaire perpétuel des
écoles spéciales de peinture et sculpture.

Nous ne connaissons pas d’autres tableaux de M. Re-
nou , que quelques sujets de la vie delà Vierge, qu’il
a peints pour l’église de la Charité, à Saint-Germain-
en-Laye -, un sujet de l’histoire de Salomon, et un pla-
fond de la galerie d’Apollon , représentant Castor.

Renou a publié une traduction du poème de Du-
fresnoy, sur la peinture, et y a ajouté des notes
qui prouventque s’il n’a pas excellé dans la pratique
de cet art , du moins il en connaissait la théorie. Il
a sait jouer une tragédie qui n’a pas eu de succès, et
a traduit envers la Jérusalem délivrée ; ce dernier ou-
vrage n’a pas été imprimé.
loading ...