Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 18
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0030
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
LEGRAND, architecte.

Jacques-Guillaume Legrand naquit à Paris le g
mai 1753. Après avoir fait ses études au collège deLouis-
le-Grand , il entra dans l’école des Ponts et Chaussées.,
où, se signalant par des dispositions peu communes , il
sixa l’attention de Perronnet, sondateur de cet établis^
sement. Très-jeune encore, il dut à ses succès Ra-
pides l’inspection des travaux du Pont de Tours, et j us-
tifia la confiance de ceux qui lui avaient fait obtenir
cet emploi. Ce fut à cette époque que Legrand, inspiré
par l’amour des arts, se livra au goût dominant qui
le portait sur-tout vers l’étude de l’architecture. Blon-
del, professeur de l’académie, guida ses premiers pas
dans cette vaste carrière; Legrand suivit ses leçons,
toutesois sans abandonner les ponts et chaussées : son
esprit était capable d’embrasser ces deux arts à-la-fois.
Ce sut à l’école de Blondel que s’établit entre Legrand
et M. Molinos, dont les noms ont été depuis comme
inséparables, cette heureuse intimité qui nes’est jamais
démentie, et dont l’influence s’est sait sentir dans
toutes les circonstances de leur vie et de leurs travaux.
Après la mort de Blondel, Legrand suivit les leçons
de M. Clérisseau, qui, sachant apprécier les talens et
les qualités morales de son élève, se l’attacha par des
liens indissolubles en l’unissant à sa sille.

Il manquait à Legrand d’avoir vu l’Italie ; il en avait
depuis long-temps communiqué le projet à M. Molinos.
Ces deux amis firent enfin , d’un commun accord, ce
voyage tant désiré, objet de l’ambition de tous les
artistes. Ils étaient déjà liés de travaux et de fortune,
et avaient sait exécuter ensemble la coupole de la
loading ...