Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 26
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0038
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
W I L L E , GRAVEUR.

Jean-Georges Wille, graveur, né en 1715, h
Gisen , en Wétéravie , quitta l'Allemagne, jeune en-
core , et vint s’établir à Paris ; c’est là qu’il se per-
sectionna dans l’art de la gravure , qu’il fournit et ter-
mina sa longue et honorable carrière , aussi la France
qu’il a enrichie des plus belles productions de son
talent, le place au nombre de ses artistes. Il étudia
particulièrement la manière de Gollzius.et de Sadeler
et parut présérer la hardiesse du burin à la correction
des formes et à la noblesse des caractères. Mais s’il eût
appliqué à des compositions plus élevées , plus éner-
giques , cette perfection mécauique qui l’a rendu si cé-
lèbre , peut-être eût-il imprimé à ses ouvrages cette ex-
cessive pureté de travail qui refroidit les grandes compo-
sitions. Il fit donc preuve de jugement en se bornant aux
scènes familières et aux sujets les plus simples; il posséda
l’art de faire passer dans ses estampes la touche ve-
loutée et sinie de ses originaux: la gravure des Musi-
ciens ambulans eût suffi seule pour le placer au rang
des premiers graveurs de son siècle. Un de ses plus
beaux titres de gloire est d’avoir eu pour élève M. Bervio
et de lui avoir transmis , non seulement, cette coupe
brillante et hardie que les connaisseurs ne se lassent
pas d’admirer , mais encore l’art de varier les travaux
de son burin et de les lier par l’entente harmonieuse
du clair obscur. M. Bervic a su joindre à ces rares qua-
lités un dessin plus savant, une touche plus fine et un
meilleur style. On cite comme les principaux ou-
vrages de Wille , le portrait du maréchal de Saxe , qui
sut l’un de ses premiers essais, la Ménagère Hollandaise,
loading ...