Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 29
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0041
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 29 )

Captivant tout-à-coup l’attention générale, ne
semblent-ils pas devoir faire oublier ceux qui
les ont devancés dans la carrière , et qu’ils ne
prévoyaient pas devoir jamais égaler ?

Mais cette variation des succès contribue
essentiellement au progrès de l’art et au
bonheur des artistes. Elle inspire aux plus
timides une heureuse confiance dans leurs
propres forces ; elle en avertit quelques-uns
de ne pas trop se fier à leurs avantages;
elle laisse à d’autres l’espoir de ressaisir la
palme qu’ils se sont laissé enlever. Elle console
l’amour propre de ceux qui dans leurs beaux
jours , ont joui d’une gloire trop tôt évanouie;
enfin elle est pour tous un motif nécessaire de
modestie et d’émulation.

Le catalogue de l’exposition de 1808 con-
tient 864 numéros , dont quelques - uns in-
diquent plusieurs objets ensemble ; d’où il ré-
sulte que le Salon en contient plus de mille
de tous genres. Les trois quarts au moins sont
du ressort de la peinture. Le reste se partage
entre la sculpture, la gravure et l’architecture.
Les productions de celle-ci forment le plus
petit nombre.

La classe des portraits est la plus considé-
rable. Tiennent ensuite les paysages et ta-
bleaux de genre. La classe des tableaux d’his-
loading ...