Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 38
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0051
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche cinquième. — Portrait équestre de S, M. le Roi de
Weslphalie, par M. Gros.

C’est à tort qu’on voudrait faire une classe particu-
lière des peintres de portraits ; ceux qui se sont le plus
distingués dans ce genre étaient de grands peintres
d’histoire. Il sussit d’en citer quelques-uns , tels que Ra-
phaël, le Titien,Puibens et Vandick.Laplupart des sujets
historiques qu’on remarque à l’exposition actuelle ne
seraient donc que des portraits mis en action ? cepen-
dant ils ont tous été confiés à des artistes habituelle-
ment occupés de compositions du plus haut style.

Si l’histoire moderne n’offre pas aux peintres savans
dans l’étude du nu l’occasion de se faire valoir avec
autant d’avantage que dans les sujets poétiques ou hé-
roïques , ils ne laissent pas de leur présenter des diffi-
cultés d’un autre genre , dont ils doivent être glorieux
de triompher: telles que la ressemblance, la simplicité
des attitudes, dont ils ne sauraient s’écarter sans risquer
d’outrer la nature , la fidélité du costume, enfin la re-
présentation de ce superbe animal, ami de l’homme,
etfidèle compagnon de ses travaux guerriers. Le tableau
dont nous donnons ici le trait en est la preuve.

Le portrait du Roi de Westphalie est universellement
admiré au Salon. La figure , noblement posée, a beau-
coup de grâce et d’élégance. La tête ne laisse rien à dé-
sirer pour la ressemblance et pour la beauté du coloris.
L’habit et le manteau blancs , ornés de broderies, sont
parfaitement rendus.Le cheval est aussi bien peint que
dessiné ;et le paysage, touché d’un pinceau large et facile,
relève harmonieusement l’éclat des obje ts principaux.
loading ...