Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon — Tome premier.1808 [Cicognara Nr. 3401-22-1]

Seite: 39
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1808_1/0054
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
C 59 )

Planche sixième, septième et huitième. — Les Soldats du,
76e de ligne retrouvant leurs drapeaux dans l’arsenal
d'inspruck, les reçoivent des mains de leur général
M. le maréchal d'Empire Ney, commandant le 6‘
corps de la Grande-Année.

Si quelques peintres d’histoire avaient à craindre
de se voir resserrés dans les limites d’un pro-
gramme qui ne leur offre que des personnages
vêtus d’habits unisormes et monotones , dont la
coupe ne présente aucuns plis, aucuns mouvemens
pittoresques , assurément M. Meynier serait de ce
nombre. On sait que ce savant peintre s’est par-
ticulièrement attaché à l’étude des formes antiques;
et les tableaux qu’il a exposés précédemment ont
toujours été cités pour la grâce et la pureté des
contours, pour la poésie du style et le grandiose des
draperies. Les amateurs se rappellent avec plaisir ses
deux belles figures académiques de Milon de Cro-
tone et d’Androclès, celles d'Apollon et des Muses,
l’Amour pleurant Psyché , ensin le charmant tableau
des Adieux de Télémaque et d’Eucbaris (1), tous ou-
vrages rendus avec un rare talent. Un des der-
niers ouvrages de M. Meynier est le plasond qu’il a
peint dans la seconde salle du Musée des Antiques; on
y trouve , comme dans les précédens , un grand goût de
composition, un pinceau magistral.

Pour mieux faire sentir la disposition du tableau dont

(1) La plupart de ces tableaux ont été grave's et insères dans les
Annales du Musée et de VEcole moderne des Beaux-Arts.
loading ...